Domaine de Fontainebleau

Schéma directeur de rénovation des jardins, parcs et ouvrages hydrauliques

 

"L'étang des carpes la divertit davantage [...] Frédéric s'était assis près d'elle, sous les tilleuls. Il songeait à tous les personnages qui avaient hanté ces murs, Charles-Quint, les Valois, Henri IV, Pierre le Grand, Jean-Jacques Rousseau, Voltaire, Napoléon, Pie VII, Louis-Philippe [...] une telle confusion d'images l'étourdissait, bien qu'il y trouvât du charme pourtant".

 

Gustave Flaubert, L'Éducation sentimentale, 1869

Le domaine de Fontainebleau est à l'image de ce défilé de personnages peuplant l'imaginaire de Flaubert. C'est une succession d'interventions et de lieux, qui forment néanmoins une œuvre unique et cohérente.

Le schéma directeur propose de réintroduire le site dans son territoire, d'un point de vue temporel mais aussi hydraulique, pédologique, écologique, pour en faire un sujet historiquement situé. L'enjeux n'est pas de retrouver un état du domaine à un moment donné mais de s'interroger au travers du Plan Guide sur la question de l'œuvre elle-même, de la façon dont nous la percevons et de sa traduction sur le site.

L'ÉCHELLE DU TERRITOIRE

Fontainebleau c'est une géographie fondatrice et commune à toutes les époques

Ce rapport à la vallée, à sa géologie, à son hydrologie a guidé depuis des siècles toute intervention, quelques soient les périodes et les modèles.

Fontainebleau replacé dans sa géographie

Fontainebleau c'est une géographie : les grandes armatures et les grandes perspectives du fond de vallée

Mettre en relation le domaine et son territoire

Le schéma directeur propose de mettre le domaine en relation avec son territoire en affirmant les grandes perspectives Est-Ouest vers la Seine et Nord-Sud vers les coteaux et la forêt.

Vue du grand canal et des coteaux de la Seine

Fontainebleau c'est la forêt : les coteaux, les points de vue sur la forêt

Le rapport du parc à la forêt semble aujourd'hui assez faible alors que les tracés des jardins et de la forêt participent d'une même logique.

Les arbres d'alignement marquent les limites des coteaux boisés

" Mon jardin anglais c'est la forêt de Fontainebleau et je n'en veux pas d'autre " Napoléon Ier

Allée Napoléon - Le schéma directeur propose le recul des boisements afin de ménager une ouverture sur le paysage











État existant
















État projeté

Fontainebleau c'est une géographie : transversalités

Franchir la vallée - Donner à lire la géographie et les niveaux de sol

Donner à lire trois ouvrages de franchissement de la vallée

L’étang des Carpes constitue la première digue du dispositif du domaine (allée de la chaussée), suivie de l’avenue des cascades et de l’allée de la cascade à l’aval du grand canal. Ce dispositif a permis et conditionné toute la disposition géomorphologique de Fontainebleau depuis les implantations des différentes parties du château, leur typologie, jusqu’aux jardins successifs, les ouvrages du grand canal, le Bréau, les cascades, etc.

Allée de la Chaussée

Le périmètre du domaine de l'eau

La question de l'eau est récurrente, essentielle, à la fois dans la fondation et dans le développement du domaine. Capter, conduire, optimiser et mieux utiliser les ressources en eau est l'un des piliers du schéma directeur.

La grande armature du domaine fondée sur l'eau est remise en continuité entre l'étang des Carpes, le grand parterre, le grand canal, la grande prairie. L'amplification de la présence de l'eau est obtenue en réactivant les cascades, par l'extension du Bréau, en retrouvant les effets d'eau de la grande prairie et en réactivant la grande machine hydraulique.

Rendre lisible les cinq unités historiques et paysagères

Le jardin anglais

Le jardin "anglais" parachève à sa manière la naissance du thalweg marqué par la fontaine-belle-eau, celle de la Colonne, le carrefour de l'obélisque et la forêt. Aujourd'hui il peine à retrouver sa place dans ce dispositif. Le site était avant tout un lieu de captage de l'eau vers le réservoir du bassin des Carpes, caractère qu'il n'aurait jamais dû perdre.

Restituer l'espace, la profondeur et les ouvertures du jardin anglais sur la forêt de Fontainebleau

Vue depuis le château vers le jardin anglais, l'étang des carpes et le grand paysage

La grotte des pins retrouvée

Grotte des Pins et pavillon de Pomone, état au XVIIe siècle

L’étang des Carpes

La géométrie en triangle de l’étang des Carpes est directement issue de la rencontre entre la naissance du thalweg à l’amont et son barrage à l’aval, la chaussée-digue, autrefois appelée allée de la chaussée (aujourd’hui allée de Maintenon), principale entrée du château.

Ouvrir les vues vers le château

Ainsi parcourant les allées ombragées qui bordent l’étang, démultipliant les points de vue en longeant le jardin anglais, puis le manège et enfin le grand parterre, c’est l’une des plus belles promenades et l’un des plus beaux points de vue sur le château.

















J.J.-X. Bidault et L.L. Boilly "Promenade de Napoléon et Marie-Louise sur l'étang des Carpes du château de Fontainebleau", 1810, huile sur toile, Paris, Musée Marmottant

Il semble important de redonner à lire ce dispositif de thalweg en restituant l’unité et la cohérence de l’étang sur les deux rives par les grands alignements de platanes et par la restitution de l’allée de Maintenon comme une chaussée en digue entre l’étang et le grand parterre.

Le jardin français : le grand parterre, le Bréau et le territoire

Le grand parterre est une figure unique en son genre, mise en place par Le Nôtre, pour réunir avec une seule pièce toutes les parties en présence, des différentes typologiques architecturales du château, aux jardins, aux digues, à la forêt, au territoire. Il permet de fédérer comme une seule œuvre originale un ensemble de fragments successifs.

Le Bréau vient rééquilibrer la composition en contrepoint du château

Donner à lire l'épaisseur et les différents niveaux de référence (Parterre, terrasse, château, Bréau, coteaux, boisement)

C’est bien le dispositif de réunification territoriale que le grand parterre permet et non son caractère uniquement décoratif qu’il nous semble ici important de redonner à voir et à comprendre dans le cadre du schéma directeur.

La route des Cascades - Trait d'union et lien unificateur du domaine

La perspective maîtrisée est retrouvée à la fois dans sa perception axiale et latérale.

Aujourd’hui définie comme un axe routier elle est perçue comme une rupture plutôt que comme une pièce essentielle d’articulation et de liaison du domaine. Le schéma directeur propose de la transformer en voie parc en réduisant les emprises routières, en affirmant la continuité de la promenade (grand parterre, grand canal) et en marquant le fond de vallée comme un lien réunissant les cascades et le grand canal.

Le Parc

L’effet majeur de Fontainebleau : le grand canal, la grande prairie et l’avenue d’Avon

La perspective du grand parterre trouve son prolongement vers le grand canal qui occupe la rive du vallon, perpendiculairement à la Seine.

Grâce à la terrasse des Cascades et ses deux accès latéralisés vers le parc, Le Nôtre force la mise en station du regard vers le territoire, une mise en perspective du canal avec les coteaux de la Seine visibles au loin, cadrés par les alignements taillés en rideaux.

Le Nôtre ménage ainsi un effet de surprise, rappelant certains dispositifs de Vaux le Vicomte, de la découverte de la grande prairie et de l’avenue d’Avon.

Aujourd'hui la grande prairie est désolidarisée alors qu'en fait c'est la pièce principale : le grand parterre c'est cet espace de la prairie

Le schéma directeur propose de restituer ce double effet de surprise en repositionnant la structure générale des grandes praires, du bosquet de la reine dans ce dispositif et en redonnant ainsi au parc son intérêt majeur. Les bassins de la prairie seront restitués de façon contemporaine.

Commanditaire
EPCF, OPPIC
Situation
Château de Fontainebleau, 48°24'7.12"N - 2°41'48.66"E
Partenaires
Patrick Ponsot, Architecte en chef des Monuments Historiques - Urbatec Ingénierie, VRD - L'Atelier d'Écologie Urbaine, Écologie, hydrologie, gestion alternative des eaux - JFL Concept, fontainerie, arrosage automatique
Surface
130 ha
Date
2014
Prix
Unesco 1981 - Monument Historique 2009 - Label "Jardin remarquable" 2004