Jardin Marcel Proust du Pré Catelan à Illiers-Combray

Le Jardin du Pré Catelan exprime l'inscription dans une géographie, entre plateau agricole, coteau et vallée. Le travail entrepris puise son inspiration dans cette géographie, la mémoire du jardinier passionné qu'était l'oncle de Marcel Proust, et la littérature de ce dernier.

 

L'expression combinée d'une géographie, d'une iconographie, et de la littérature

Du vallon jusqu'au plateau potager en passant par le coteau boisé, à chaque partie du jardin, correspond un type de végétation, un fragment architectural, une façon de pratiquer la topographie et une gestion de l'eau évoquent l'identité de cette géographie.

Le vallon s'articule autour de la Serpentine, cours d'eau artificiel au gré duquel sont dessinés constructions et espaces.

Chaque entité du jardin est identifiée par un élément d'architecture, en mémoire des voyages de Jules Amiot. La koubba témoigne de son attachement à l'Algérie, où il a passé une partie de sa vie.

Le coteau boisé s'articule autour de l'allée fleurie.

Le jardin joue de ces pièces qui se découvrent à mesure de la promenade, tel le pavillon des Archers.

Le bassin aux prêles, élément iconique du plateau.

...la porte blanche qui était la « fin du parc » en haut,...

..."Je laissais les autres finir de goûter dans le bas du
parc, au bord des cygnes, et je montais en courant
dans le labyrinthe jusqu’à telle charmille où je
m’asseyais, introuvable, adossé aux noisetiers
taillés, apercevant le plant d’asperges, les
bordures de fraisiers, le bassin où, certains jours,
les chevaux faisaient monter l’eau en tournant, la
porte blanche qui était la « fin du parc » en haut,
et au-delà, les champs de bleuets et de
coquelicots. Dans cette charmille, le silence était
profond, le risque d’être découvert presque nul, la
sécurité rendue plus douce par les cris éloignés
qui, d’en bas, m’appelaient en vain, quelquefois
même se rapprochaient, montaient les premiers
talus, cherchant partout, puis s’en retournaient,
n’ayant pas trouvé ; alors plus aucun bruit ; seul
de temps en temps le son d’or des cloches qui au
loin, par delà les plaines, semblait tinter derrière
le ciel bleu, aurait pu m’avertir de l’heure qui
passait ;"... Marcel Proust, Sur la Lecture - 1905

Classement MONUMENT HISTORIQUE : protection 09/03/1999 pour le jardin dans sa totalité

Label "JARDIN REMARQUABLE" 2004 et renouvellement 2009

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Centre/Nos-secteurs-d-activite/Jardins-Paysages/Jardins-remarquables/Eure-et-Loir

Commanditaire
Conseil général d'Eure et Loir
Situation
Route de Tansonville 28120 ILLIERS-COMBRAY, 48°17'49.81"N - 1°14'27.96"E
Partenaires
F.Dolffus, Paysagiste
Budget / Surface
457 347 € / 10 000 m2
Date
1998
Prix
Classé monument historique en 1999